Sans titre

 

Je ne tiens pas à m’excuser à toi lecteur, qui peut-etre aimait me suivre auparavant, ou au contraire qui n’en a rien à faire. Je n’ai pas été active depuis un long moment parce que je n’avais plus envie d’écrire. Je n’ai d’ailleurs pas retrouvé cette envie, mon actuelle motivation est ephémère malheureusement. J’écris ce message sans aucun but.

Cette année est difficile pour moi. Je me sens seule, alors que je suis toujours entourée, je façade un vide intérieur avec des sourires creux, je perd mon enthousiasme d’autrefois, ma confiance ma spontanéité, avec cette peur de voir s’éloigner un petit peu plus la fille que j’étais autrefois sans jamais ne plus pouvoir l’atteindre. Je la vois dans ma tête, mon enfance s’éloigne de plus en plus vite, elle tend sa main vers moi, je l’aggripe avec rage mais elle glisse et tombe bien trop loin pour que je puisse à nouveau m’y accrocher… Tout change autour de moi, je change, les gens qui m’entourent changent et il est bien difficile de tout coordonné. J’aurai bien voulu ne pas connaitre la douleur de l’amour, ne pas perdre ma passion pour la lecture ou ne pas abandonné mon livre, mais il faut que je me fasse une raison : j’ai grandi. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que je ne suis plus allée sur le blog depuis très longtemps. L’envie est partie comme elle est arrivée.

Il y a un constant bordel dans ma tête. Je n’écris plus sur le blog, ni sur mon livre, cependant je garde secret un petit carnet dans lequel je note mes humeurs, mes coups de gueules, mes poèmes préférés, mes paroles de musique…Oui, cette année la musique n’a jamais été aussi présente. Black Keys, Blues Pills, Metallica, Iron Maiden, mes goûts n’ont pas changé mais ce sont clairement diversifié. Je me suis aussi activement mise au sport. En allant courir plusieurs fois par semaine je pensais réussir à me vider la tête, et c’était le cas. Puis une heure de sport en salle après les cours m’a également soulagé. J’ai compris aussi que le pire quand l’on est mal c’est de rester chez soi. Alors je suis sortie. Boire un verre avec des amis, juste se promenner, prendre l’air, peu importe. Et puis il a la photo. C’est aussi une activité que j’adore, capturer les couchers de soleil de ma ville adoré, et les chemins gelés à 9h avant d’aller au lycée. Alors voilà, je change encore, mais ce n’est pas en mal. Je grandis, nous grandissons tous à un moment où un autre et il faut un temps pour s’adapter à toutes ces nouvelles choses qui se bousculent dans nos têtes.

Laissons le temps faire les choses. Entourons-nous des bonnes personnes même si nous avons tendance à trop nous attacher aux mauvaises. Malgré tout je n’ai jamais perdu mon vrai sourire, ni mon optimisme.

La vie est belle.

 

M-

Publicités

[Critique livresque] Petit pays de Gael Faye

Afficher l'image d'origine

J’ai choisi de lire ce roman dans le contexte du lycée. Etant en classe première L, on nous a proposé de participer au prix Goncourt des lycéens. Evidemment, comme j’adore écrire des critiques littéraires ce projet m’a tout de suite beaucoup plus. Parmi une liste d’un bon nombre de roman je me suis laissée tenter par « Petit pays » de Gaël Faye dont la très jolie couverture a attiré mon attention.

« Rien n’est plus doux que ce moment où le soleil décline derrière la crête des montagnes. Le crépuscule apporte la fraîcheur du soir et des lumières chaudes qui évoluent à chaque minute. À cette heure-ci, le rythme change. Les gens rentrent tranquillement du travail, les gardiens de nuit prennent leur service, les voisins s’installent devant leur portail. C’est le silence avant l’arrivée des crapauds et des criquets. « 

C’est avant tout l’histoire d’une enfance. L’enfance de Gabriel qui habite au Burundi dans les années 90 avec son père français et mère Rwandaise dans un confortable quartier d’expatrié. Gaby passe le plus clair de son temps à s’amuser avec les copains, voler les mangues de Mme Exarcopopulos, se baigner dans la rivière ou juste faire les quatre cent coup. Il fait d’abord face au divorce de ses parents puis à la monté de la haine qui gronde dans le pays. Bientôt son petit pays est bouleversé par les horreurs du génocide Rwandais. Gaby, ce petit garçon amoureux de la vie et un tentiné naïf, ne comprend pas pourquoi on lui demande de choisir un camp, entre Tutsi et Hutu. Malmené par l’histoire, ce petit garçon doit grandir bien plus vite que prévu.

« Des soldats hutus d’un côté, une famille tutsie de l’autre. J’étais aux premières loges de ce spectacle de la haine. « 

Je suis tombée sous le charme de ce petit Gaby, j’ai aimé être dans sa tête, suivre son fil de pensée. C’est un petit garçon pleins de ressource, attachant et surtout intelligent. Tout au long du roman il se pose des questions sur la vie, sur la guerre et sur ce qui l’entour. Ce roman est un mirage. On se laisse bercer par la vie d’un enfant en Afrique, et puis d’un coup, sans que l’on ne s’y attende, le ton change totalement. Il devient grave à l’image du carnage qui va suivre. Il n’y a plus cette légèreté, l’auteur nous expose un témoignage fort, dur, et juste. J’avoue avoir été surprise par ce changement si soudain qui survient à la fin du roman. La tension est montée crescendo, et d’un coup tout explose.

« Je n’avais pas d’explications sur la mort des uns et la haine des autres. La guerre, c’était peut-être ça, ne rien comprendre »

L’auteur Gael Faye expose le regard d’un enfant, son regard, sur un monde parfois barbare. A la lisière de l’autobiographie, il décrit dans son tout premier roman une enfance qu’il a connu avant de débarquer en France pour fuir la guerre civil et le génocide des tutsi. C’est à Paris qu’il commence à écrire des textes, puis il devient rappeur et forme le groupe Milk Coffee and suggar. De ce fait,  ce roman est d’autant plus touchant par la justesse de l’auteur sur chaque passage, chaque phrase qui retrace peut-être l’histoire de sa vie. Alors voilà c’est une lecture que j’ai beaucoup apprécié, elle est à la fois douce et dur, un hommage à un pays ancré dans le cœur de l’auteur dont les plaies n’ont pas fini d’être pansé. Magnifique et terrible.

As-tu lu ce roman ? Qu’en as-tu pensé ?

ebd84-mademoiselle2bm

Le pouvoir de la musique sur mes émotions

J’ai intitulé cet article « le pouvoir de la musique sur mes émotions » car j’écris aujourd’hui pour ouvrir mon cœur, pour partager ce que je ressens.

L’écriture a toujours été mon moyen d’évasion, mon seul moyen de vraiment dire ce que je pensais. J’aime jouer avec les mots, et il m’est plus facile de faire passer une réelle émotion à l’écrit qu’à l’oral. Et même si les mots parviennent  à m’emporter j’ai découvert que la musique avait un pouvoir immense sur moi. Il existe certain morceau qui possède cette force, ce caractère incroyable qui font frissoner ma chair et qui m’emporte encore plus loin…Une évasion par le son. Je ferme les yeux et je me crée un endroit, je m’évade. J’ai récemment découvert une musique qui s’intitule « Arcanine » par Ursine Vulpine. Un soir, je n’avais pas le moral, je me suis enroulée dans un plaide et j’ai écouté cette musique en boucle. Elle est magnifique, magique. Elle m’a aidé à aller mieux. Quand j’ai rouvert les yeux, j’allais mieux, j’avais retrouvé la force. J’ai même versé quelques larmes. Alors je me suis demandé…comment la musique, cet art incroyable, parvient-il à jouer de lui sur nos êtres ? Comment pouvons nous être bouleverser à ce point ? Autre exemple, je pense à ce que m’a dit un jour une personne de mon entourage qui a été incroyablement touché durant le concert d’Ibraim Malouf, un musicien. L’émotion est encore plus intense en vrai car il y a une proximité entre l’artiste et le spectateur que nous ne connaissons pas avec nos ordinateurs ou nos téléphones. Là, à cet instant précis il se passe quelque chose. L’artiste partage son univers, ce qu’il a créé. Et peu importe que ce soit du rap, du classique, ou de la pop, le cœur tambourine dans nos poitrines, nos émotions sont chamboulées et la musique a fait son œuvre sur nos êtres. Moi, elle me rend meilleur, plus inspiré, plus vivante. Je ne sais pas comment c’est possible, mais je trouve que c’est un phénomène incroyable qui me donne espoir sur bon nombre de chose.

 

Vous l’aurez compris, j’ai eu une subite envie d’écrire, peut-être que ça n’a pas de sens mais qu’importe ? C’est toujours le moment d’écrire et de dire ce que l’on pense. Et toi, qu’en penses-tu ? Quelles sont les musiques qui t’animent ?

Je vous fais pleins de bisous mes lecteurs d’amour  ♥

ebd84-mademoiselle2bm

 

Image : Tumblr

 

[Stranger things] Netflix…où comment j’ai fini une saison en une journée !

Afficher l'image d'origine

Ahhh Netflix ! On en parle beaucoup en ce moment, hein ? C’est la nouvelle chaine à avoir, et j’avoue que ça fait plutôt rêver avec toutes ces séries plutôt alléchantes. On peut aussi avouer que c’est le piège aux sérivors (je parle de moi ?….mais comment avez-vous deviné ?). Enfin bref, je suis tombée dedans et me voilà accroché comme une sangsue à la toute récente nouvelle série originale Netflix dont vous avez peut-être entendu parlé (ou pas) qui se nomme « Stranger things« . Je peux vous avouer que c’est la première fois de ma vie que je finis une saison en une seule journée…

Afficher l'image d'origine

 

De la présentation un chouilla longue mais nécessaire jusqu’au générique, on nous donne le ton sur une nouvelle série sombre et original avec la nostalgie des années 80. Plan sombre, musique angoissante, petits geeks en bicyclette et laboratoire maléfique, nous plongeons sans attendre dans le vif du sujet. Un soir, en rentrant chez lui, le jeune Will disparaît dans d’étrange condition. Dès lors, ses amis et sa famille vont tout faire pour le retrouver. Suite à cette disparition, on est chamboulé par le déchirement de sa famille, la folie croissante de sa mère qui croit pouvoir communiquer avec son fils grâce à des ampoules, et des guirlandes de lumières, on suit également les péripéties de ces trois petits geeks tellement attachants et drôles qui sont persuadés de pouvoir retrouver la trace de leur ami. Mais ces recherches vont mener à percer un mystère qui jusque là n’a pas encore été résolu…Quelle est cette étrange ombre qui menace les habitants de la ville de Hawkins et qui a une allure de monstre de cauchemar ? Quel rapport avec le laboratoire secret et de ses médecins jamais bien loin ? Pire encore, qui est cette petite fille nommé « 11 » au crâne rasé tout juste échappé du laboratoire et qui semble être doté d’étrange pouvoir ? Tout se mêle et se demêle, nous sommes embarqués dans un monde réel mais totalement transformé par la science et le fantastique, si bien que l’on ne sait plus ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. De plus, autour de cette enquête commune, nous suivons l’évolution de trois générations : les enfants, hilarants et spontanés, les ados, sans peur et confrontés aux sentiments, et les adultes, toujours en proie à la peur et aux regrets de ne pas avoir pu protéger leur enfant.

Afficher l'image d'origine

Ainsi, chaque personnages quelque soit sa génération est très intéressant car les faits et « rencontres » sont merveilleusement bien filés. Pour ma part, j’ai totalement adoré Nancy, l’ado un petit peu parfaite qui découvre l’amour, mais qui d’un autre côté évolue totalement au fil de l’histoire (qui dure d’ailleurs une semaine) et qui finalement se révèle très courageuse et pas si sage que ça, mais il y a aussi Mike son petit frère, un petit garçon très intelligent qui s’attache très vite à l’étrange « 11 », qui elle est probablement le personnage le plus intriguant de la série. J’ai également beaucoup aimé Joy, la mère de Will, tant par son caractère de battante que par ses crises de folie depuis la disparition de son fils, le jeu d’acteur est incroyable, elle est toute simplement bouleversante. Il y a tant de personnage, je ne pourrais pas tous les cités malheureusement…

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

L’ambiance, elle, est génial. D’un côté on frissonne, d’un autre il est si léger que l’on veut sourire. C’est une série qui va me marquer longtemps car pour la première fois je ne savais absolument pas ce qu’il se passait. Les événements s’enchainent sans qu’on les comprenne vraiment, il faut se laisser tirer par le mystère sans écarter aucune hypothèse parce que finalement ce n’est qu’au dénouement que l’on finit par tout comprendre. Alors voilà, il faut aimer le suspens, les atmosphères sombres, les mélanges entre réalité et fantastique et surtout les « mondes qui se mélangent » (ouloulou je n’en dis pas plus…). Je vous conseil cette série, vous l’aurez compris j’ai adoré bien que l’histoire dans son intégralité soit finalement un petit peu tiré par les cheveux, mais une chose est sur : j’attends une saison 2 !

 

Te laisseras-tu tenter par Stranger things ?

ebd84-mademoiselle2bm

♥ Commentes ça me fera plaisir 🙂

♥ J’espère que tu passes de bonnes vacances petit lecteur !

Bates Motel, une saison glaçante qui se termine…

Vous n’êtes peut être pas sans savoir que Bates Motel est l’une de mes séries préférées (ma petite chouchou !). Moi qui avait lâché pendant quelques temps la série, j’ai décidé de m’y remettre il y a peut-être un mois, en sachant que la saison 4 venait tout juste d’être achevé. Je me suis donc replongé dans cette univers glaçant, bourré de suspens et glauque (et oui, cette saison nous avons été servi !), bref un univers que j’adore !

Afficher l'image d'origine

Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler, Bates Motel est une série qui relate l’enfance de Norman Bates, le très célèbr psychopathe du film Psycho d’Alfred Hitchcock. Dans les saisons précédentes, l’intrigue est davantage basé sur la relation de Norman et de sa mère Norma, une femme très protectrice, avec qui il a une relation fusionnel (c’est le mot), mais par ailleurs les personnages sont confrontés à plusieurs meurtres inexpliqués  qui fait déjà monter la pression côté spectateur (nous !). Durant cette saison finale, l’origine de ces meurtres n’est plus une énigme, l’intrigue est donc beaucoup plus basée sur la maladie mentale de Norman.

Afficher l'image d'origine

J’ai toujours trouvé que cette série était une sorte de petite bombe à retardement. Pour ceux qui ont vu le film, il est évident que vous savez comment est-ce que toute cette histoire va se terminer…Je ne vous le cache pas : ça ne finit pas bien. Sachant cela dès le début de la série, il y a toujours cette petite appréhension, plutôt cette attente du spectateur qui se demande quand surviendra LE moment où tout va exploser. Dès le début je savais que Norman était fou sans que lui-même ne le sache. Sous cette façade de garçon modèle et serviable, se cache un meurtrier terrible, c’est d’ailleurs ce qui rend ce personnage si effrayant. Dans cette saison 4, Norman est donc enfermé dans un asile. L’espoir de la guérison souffle doucement sur le petit monde des Bates. Pourtant l’état de Norman semble empirer, peut-être à cause de la distance qui le sépare de sa mère, ou alors le fait que celle-ci envisage enfin une vie heureuse…Dans tous les cas, Norman est de plus en plus incontrôlable, même Norma ne semble plus pouvoir calmer ses crises de violence. Ce nouveau comportement de Norman par rapport à sa mère nous tient encore plus en haleine devant notre écran, car comme je vous l’ai dit précédemment tout peut basculer à tout moment…Course poursuite à couteau dans la grande maison , toute lumière éteinte, l’ambiance est au comble de l’effrayant ! Dernier épisode, Norman perd totalement le contrôle. Le dénouement est digne de la série : glaçant, effrayant, et le suspens toujours aussi dérangeant. J’ai adoré sauf peut-être la scène finale. Les personnages secondaires sont quand à eux relégués en second plans, Roméro, Chick, Emma et Dylan sont toujours présents près à tout faire basculer dans une prochaine saison, la petite bulle dans laquelle vit Norma avec sa « mère » va peut-être alors exploser…et je ne vous cache pas que j’ai peur pour la suite de ces personnages.

Afficher l'image d'origine

Bates Motel a donc tenu toutes ses promesses pour cette saison 4, je vous la conseil grandement (sauf âme sensible), vous allez vous régaler de cette ambiance incroyablement dérangeante (évidemment si ce n’est pas trop le genre d’ambiance qui vous plait, passez votre chemin). Par ailleurs les acteurs sont toujours aussi géniaux, je tiens à saluer la prestation de Vera Farmiga (Norma) et de Freddie Highmore (Norman) qui sont vraiment sensationnel dans leur rôle respectif ! Je vous laisse donc avec un teaser assez glauque il faut le dire mais qui en dit long sur cette saison…Je vous fais pleins de bisous et à bientôt sur le blog ♥

 

 

 

ebd84-mademoiselle2bm

Mes séries du moment ♥ [Orphan Black, the 100…]

Hola les lecteurs !

Mille excuses pour ma faible activité sur le blog en ce moment, je n’avais juste pas l’envie de poster, et pas d’idée non plus je l’avoue. Bref, si je reviens aujourd’hui c’est pour vous partager mes séries en cours ou bien celles que j’ai terminé il y a peu de temps 🙂

 

Orphan Black

Gros coups de  ♥ du moment.

Je suis tombée totalement amoureuse de cette série sombre qui met en scène Sarah, une ancienne dealeuse un peu paumé qui veut s’enfuir avec sa fille dont elle n’a pas la garde. Mais un jour, elle est témoin du suicide d’une femme qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Sans réfléchir, Sarah se fait passer pour morte et prend la place de celle-ci. Mais c’est alors qu’elle découvre qu’elle n’a pas seulement un clone, mais beaucoup plus et cela dans le monde entier. Pire que tout, ses clones sont traqués et tués les uns après les autres.

Sombre mais toujours avec une pointe d’humour, une actrice talentueuse, j’adore !

Afficher l'image d'origine

Game of Thrones

ça y est, j’ai moi aussi fait le grand saut dans l’univers de Game of throne.

L’hiver approche…Le roi des sept couronnes n’est plus, qui des Lannister ou des Starck prendra le pouvoir ? Dans un monde où les familles nobles se battent dans une guerre civil pour conquérir le Trône de fer, tandis que la menace de l’hiver approche avec dans son ombre les créatures légendaires venues du Nord du mur de Westeros…

C’est une série qui aborde d’innombrable sujet tel que les valeurs de l’humain sous toutes ses formes, la famille, la politique, la guerre et la violence mais aussi la sexualité. J’ai atteint la saison 2 et il ne me tarde de continuer.

Afficher l'image d'origine

The 100

J’ai fini une saison 3 pleine de rebondissement !

En descendant de l’Arche pour atterrir sur Terre, les 100 n’auraient jamais imaginé vivre une telle aventure…Après la catastrophe du Mount Wether, Clarke a quitté ses amis et le camps Arkedia, toujours hanté par son génocide. Elle est d’ailleurs recherché par les natifs qui croient qu’elle est Wahneda, le commandant de la mort. Jaha de son côté revient de la cité des lumières avec une mystérieuse Ally qu’il est le seul à voir…

Cette saison, beaucoup de sang, beaucoup de mort (mon cœur pleur toujours !!), beaucoup de rebondissement, beaucoup d’action, toujours plus de nouvelles intrigues, et j’ai vraiment adoré cette saison 3 même si c’est toujours un petit peu le même topo…A voir avec la saison 4 si The 100 tient toutes ses promesses.

Afficher l'image d'origine

C’était mes séries du moment ! Dites moi en commentaire quelles séries vous font craquer en ce moment et surtout si vous connaissez les séries que je vous ai présenté, et si oui, vos avis ! Je vous souhaite un bon week-end ♥

♥ L’intégralité de mon roman « Malédiction » est publié sur Watpadd !!

♥ Des nouveautés dans la page « cinéma »

ebd84-mademoiselle2bm

[Critique livresque] Everything Everything de Nicola Yoon

 Afficher l'image d'origine

Mon avis

 

Madeline est atteinte d’une maladie très grave qui lui empêche de vivre à l’extérieur, cette maladie est plus communément appelé la « maladie de l’enfant bulle ». Pour faire simple, elle est allergique au monde. Le jour de ses dix-huit ans, elle n’a toujours pas vu l’océan, elle n’est jamais allé au lycée, elle n’a jamais eu d’ami…Elle a l’habitude de sa chambre blanche, des fenêtres fermés, du sas de désinfestation qui lui sert de porte d’entrée et du petit ventilo qui renouvelle l’air toutes les heures. Elle vit seul avec sa mère depuis l’incident de son père et de son frère qui leur ont couté la vie. Mais malgré ses cours par correspondance, l’amitié de son infirmière et l’amour de sa maman, Madeline rêve d’évasion…

« J’ai lu beaucoup plus de livres que vous. Peu importe combien vous en avez lu, j’en ai lu plus. Croyez-moi. J’ai eu tout le temps. »

Un jour, un camion de déménagement entre dans la cour et s’arrête devant la maison voisine. La jeune fille remarque tout de suite le fils des nouveaux voisins. Il est mystérieux, mais elle aime l’observer grimper sur le toit et se poser pleins de questions sur ce qu’il y fait. Et un jour, de l’autre côté de sa fenêtre il la regarde. Et le petit monde de Madeline explose.

« Depuis qu’Olly est entré dans ma vie, il y a deux Maddy : celle qui continue son existence à travers les livres et ne veut pas mourir, et celle qui vit pour de vrai, avec le pressentiment que la mort est un prix infime à payer pour cela. « 

Olly (c’est son nom) est un garçon que j’ai trouvé très attachant bien que j’ai eu un petit peu de mal à le cerner. Il est drôle, amical et original mais je n’arrivais pas à percevoir ses sentiments à travers la description de Maddy (le diminutif de Madeline). Cependant, ce garçon va éveiller en la jeune femme des sentiments amoureux (on s’en serait douté…) mais également une profonde envie de quitter les murs de cette maison qui l’abrite depuis trop longtemps. Elle veut partir, s’évader…mais les barrières de sa maladie lui empêche d’être une adolescente comme les autres malgré le soutient d’Olly. Elle veut plus, elle veut sentir l’air sur sa peau, elle veut pouvoir toucher Olly sans craindre la mort. Alors, peut importe le risque, elle sort…et va découvrir que sa vie est un immense mensonge.

« Et comme un virus, l’espoir se répand dans tout mon corps »

J’ai adoré le personnage de Maddy. Il est assez facile de s’identifier à elle. Elle a le comportement typique d’une ado de son âge, j’ai aussi beaucoup aimé son caractère courageux mais aussi fougueux. Mais alors que je pensais lire un énième livre dans le genre maladie-amour impossible- larme qui allait encore une fois me faire pleurer comme une madelaine, nous avons affaire à un retournement de situation auquel je ne me serais pas du tout attendu. En effet, la fin est particulière mais elle m’a beaucoup plu. C’est donc un roman que j’ai apprécié mais sans plus, le style de l’auteur est très simple, le format est sympa avec des illustrations à l’intérieur (mais un petit peu trop enfantins), il y a une couverture que je trouve magnifique, un début trop prévisible, mais une fin à la hauteur et qui porte sur les relations de la famille, en particulier mère/fille lorsqu’un incident terrible vient bouleverser l’équilibre familial…

Voilà tout pour cette critique, j’espère qu’elle vous aura intéressé et si vous avez lu ce roman n’hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires. Comme vous l’avez sans doute remarqué, je n’ai pas eu le temps de réussir le défi d’Avril qui été « Lire un roman drôle », c’était un chouette défi mais j’avais trop de livre à lire, et parmi eux aucuns humoristiques. Je tiens donc à m’excuser auprès de Invidia qui nous avait proposé ce défi très sympa 🙂

ebd84-mademoiselle2bm

 

 

[Série TV] Shadowhunters, pourquoi j’ai changé d’avis ?

Hello les lecteurs !

Alors voilà, aujourd’hui je me sens vraiment bête. Il y a quelques mois (semaines ?) je vous publiais cet article sur ma réaction à l’épisode pilot de la nouvelle série Shadowhunters. Si vous vous en souvenez bien, je n’étais vraiment pas emballée et j’ai presque « craché » sur cette série que je trouvai vraiment nul…Je pense que vous l’aurez compris au titre, j’ai totalement changé d’avis. Bon, je suis toujours sceptique par rapport au premier épisode mais je vous avais promis de ne pas lâcher et de ne pas me baser sur un seul épisode.

Afficher l'image d'origine

Je crois m’être rendu compte de mon erreur de jugement lors du troisième épisode. En effet je me suis laissée plonger dans cette histoire que finalement je redécouvre sous une nouvelle forme (par rapport au film). Certaine chose sont too much, mais je crois que ce sont les personnages qui m’ont fait littéralement fondre. En effet dans le film on se concentre surtout sur Clary et Chase alors que dans la série on est davantage sur la famille Lightwood que j’adore ! J’ai découvert des personnages qui n’avaient pas été assez exploité et j’ai totalement adoré Alec,  Simon et Isabelle, mais j’ai eu un gros coup de cœur pour Magnus Baine (Malec ♥). Alors voilà, je n’aime toujours pas Clary même si mon avis sur elle a un peu changé mais je la trouve toujours un petit peu précieuse alors qu’elle joue la fille qui n’a peur de rien (c’est très agaçant), et Chase est cool mais il ne fait pas battre mon cœur…Mais je le trouve très mignon avec Clary 😉

Afficher l'image d'origine

Finalement on trouve des épisodes plutôt sympas qui se laissent regarder avec à chaque fois des intrigues différentes mais que j’ai beaucoup aimé. Quoiqu’on en dise, l’esprit mortal instrument est toujours là, le décor est sympa et l’ambiance est très légère toujours avec une petite touche d’humour que j’aime beaucoup. Voilà, je me suis trompée sur cette série, je compte bien regarder la saison 2 et je vous conseil de vous laisser tenter …Une dernière chose, je suis tomber amoureuse de la bande musicale de cette série (je dévore l’album de Ruelle en ce moment hihi).

Et toi, quelle série regardes-tu en ce moment ?

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

 

ebd84-mademoiselle2bm

[Critique livresque] U4 : Stephane de Vincent Villeminot

Afficher l'image d'origine

Résumé

Cela fait dix jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale ont été décimés. Les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commence à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent.
Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous.
Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

Stéphane vit à Lyon avec son père, un éminent épidémiologiste. Si des adultes ont survécu, son père en fait partie, elle en est convaincue. Alors elle refuse de rejoindre le R-Point, ce lieu où des ados commencent à s’organiser pour survivre. Elle préfère attendre seule, chez elle, que son père vienne la chercher. Et s’il ne le fait pas ? Et si les pillards qui contrôlent déjà le quartier débarquent avant lui ? Tout espoir s’écroulera, à l’exception d’un seul : un rendez-vous fixé à Paris…

Ce que j’en pense

U4 est une aventure littéraire un petit peu particulière. En effet, cette histoire regroupe quatre tomes qui peuvent être lu dans n’importe quel ordre et qui raconte l’histoire de quatre ados (Jules, Koridwen, Yannis et Stéphane) totalement différemment mais dont les routes vont se croiser à travers un monde détruit par un virus ravageur appelé U4. J’ai choisi un petit peu au hasard de lire l’histoire de Stéphane, cette jeune fille au nom mixe qui m’intriguait beaucoup.

 » Je m’appelle Stéphane. Ce rendez-vous, j’y vais pour retrouver mon père. »

L’histoire se passe en France (enfiiin), plus précisément à Lyon. Le virus U4 a déjà ravagé un bon nombre de la population et en particulier les adultes. Stéphane qui voue une confiance totale en son père, célèbre scientifique, attend avec impatience son retour. Mais la situation s’envenime, les esprits s’échauffent et bientôt la vie devient dangereuse dans la ville et dans tout le pays. Il y a une ambiance pesante, qui tient en haleine tout au long du roman, le danger et la mort sont omniprésents si bien qu’à la dernière page c’était comme si je recommençais à respirer. C’est une expérience particulière car elle parait monstrueusement réelle et il m’a été très facile de me glisser dans la peau et la tête de Stéphane. J’ai été impressionné par la précision des descriptions ainsi que la façon si réaliste dont elles sont relatées. Je suis rarement sensible par les descriptions sanglantes mais j’avoue l’avoir été ici.

« Partir. Oui. Maintenant. Se barrer d’ici. Ne pas nouer de nouveaux liens, de nouvelles attaches, ne pas espérer de nouveau. Ne pas croire que ceux qu’on aime nous sauvent. « 

Stéphane est seule et elle doit faire face à la dure réalité qui lui éclate à la figure. A présent elle doit grandir et vite. Elle passe de la simple adolescente à la terroriste, celle qui utilise une arme à feu, celle qui tue pour survivre. Elle doit fuir les pillards, se mêler aux autres survivants, trouver des alliées, défaire des alliances et tout faire pour survivre. Alors qu’elle se croyait en sécurité dans les R-points, rien ne se passe comme prévu…En effet,  les rebondissements sont le maitre mot de cette histoire. Et bientôt Stéphane doit fuir les autorités avec  ses amis.

« Les militaires m’avaient proposé un marché : ma vie pour la tienne, ma vie contre la tienne. Et demain ? Ce sera, enfin et simplement, ma vie avec la tienne ? « 

C’est un roman qui m’a touché sur le plan humain car ce livre est tout simplement humain. Il livre les sentiments de l’humain tel que le regret, la peur, les émois amoureux, les règles du vivre-ensemble, la jalousie, le désespoir, l’espoir…La mort aussi. Mais il y a toujours plus d’attente et d’incertitude. J’ai adoré suivre Stéphane, cette fille que l’on voit grandir, mais qui finalement découvre le pire et le meilleur de la nature humaine. Elle apprend énormément sur elle-même et malgré son côté inhumain et sans cœur au premier abord on comprend ses motivations et je l’ai beaucoup apprécié.

Afficher l'image d'origine

U4 est un série qui je vous conseil absolument, elle vaut le détour et même si je ne me suis interessée qu’au personnage de Stéphane je compte bien me tourner vers le personnage de Yannis plus prochainement 😉

 

ebd84-mademoiselle2bm

 

[Blabla] Absence, Wattpad et défi du moi !

Hola mis lectores !

Aujourd’hui je blablate (pour changer…) car j’ai quelques petites choses à vous dire.

Tout d’abord je tenais à m’excuser pour cette petite absence, je trouve que je n’ai pas été très présente ces dernières semaines et je m’en excuse. Je vais essayer de rattraper tout ça même si j’avoue que ça va être compliqué. Je suis en vacance (et oui zone B héhé) mais j’ai des devoirs communs qui arrivent la semaine tout de suite après les vacances donc ce qui veut dire vacance/boulot. En plus de cela je passe mon code…bref je raconte ma vie ! Donc ne vous inquiétez pas si je suis un petit peu moins présente, je fais tout mon possible pour prévoir des articles 🙂 Par ailleurs je suis toujours dans le flou par rapport au choix de ma filière l’année prochaine. Je serais ravie d’avoir votre avis en commentaire sachant que j’hésite entre L et ES…

Afficher l'image d'origine
 ♥ Bientôt ♥

 

 

De plus, je suis parvenue à venir à bout du premier roman dont je vous avais parlé dans un précédent article (qui date un petit peu…). Si vous n’avez pas suivi : Je tente d’écrire un roman depuis un bon moment (plusieurs années enfaite) et j’ai décidé de le partager sur Wattpad. Le week-end dernier prise d’une soudaine inspiration je me suis lancée dans un rush écriture et je l’ai terminé ! Ainsi, si ça vous intéresse, je poste depuis Dimanche un ou deux articles par jour. Je vous invite à aller jeter un coup d’œil et me dire ce que vous en pensez ça me ferait tellement plaisir : ici.

Image de art, bird, and book

 

Et enfin, je profite de cet instant blabla pour vous parler du défi du mois proposé par Ayat du blog lire et sourire (petit coucou à toi si tu passes par ici !). Dans le contexte de la Collab’, elle propose aux blogueuses tirés au sort (dont moi !) de résoudre ce défi : Lire un livre très drôle. J’ai hâte de commencer cette lecture 😉

Bon courage à ceux qui travaillent et bonne vacance aux petits chanceux ♥

Image de book, coffee, and tea

ebd84-mademoiselle2bm

♥ Les images sont prises sur We heart it